Les fantômes de pierre soit le sanatorium abandonné d’Aincourt

Deux des trois grands bâtiments construits dans les années trente  et conçus par Crevela Édouard et Jean-Paul Decaux sont aujourd’hui des véritables fantômes de pierre. Il s’agit de sanatorium française d’Aincourt  située au milieu de la forêt (seulement à 60 km de Paris).

L’histoire du sanatorium

La décision de construire un sanatorium a été prise dans les années vingt, alors qu’une épidémie de tuberculose faisait des véritables ravages en France. Le complexe des 3 pavillons (avec 400 m de séparation entre eux pour éviter la propagation de la maladie) a été crée en un temps record, car en deux ans seulement. Chaque bâtiment pouvait accueillir environ 150 patients. C’est l’un des plus impressionnants sanatoriums du XXe siècle.

Prison, puis une réorganisation

Malheureusement, au début des années quarante, les patients ont été évacués et la propriété a été transférée entre les mains de La Milice Française (Organisation paramilitaire et politique créé le 30/01/1943 par le régime de Vichy avec pour objectif la lutte contre La Résistance) pour devenir une prison.

En 1946  les bâtiments à nouveau ont  ouvert ses portes aux patients. Puisque l’invention des antibiotiques a considérablement réduit le nombre des malades, le sanatorium a été réorganisé en centre médical multifonctionnel et un centre de réadaptation. Dans les années soixante-dix un beau jardin japonais a été construit dans le parc qui entoure le bâtiment. Malheureusement, cette infrastructure était inadaptée selon les exigences de la norme  et l’évolution des pratiques médicales. Pour cette raison, l’ensemble du rez-de-chaussée du pavillon a été clos en 1987 et ensuite en 2001 un autre bâtiment est fermé. Aujourd’hui, il fonctionne que l’un des pavillons, le centre hospitalier du Vexin.

Les rôles majeurs

Bien que le complexe se trouve sur la liste des sites historiques et l’accès aux bâtiments est strictement interdit, les bâtiments ont été le cible de nombreux vandales.

Sans tenir compte l’état catastrophique du complexe, les nombreux architectes assurent qu’une reconstruction est encore possible. Cependant, ils ont servi pour plusieurs tournages. “Les rencontres d’après minuit” d’Yann Gonzaleza (2013).”Le Serpent” d’Eric Barbier (2006).Mais aussi pour le film assez récent de Hugo Gélina  avec Omar Sy “Demain, tout commence(2016).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *